Triangle 2008 – 2011

Historique des luttes

Le combat de Monts 14

Début 2008, rien ne laissait supposer que B. Delanoë allait bafouer l’avis des Parisiens. Il les avait consultés avec un questionnaire en 2004 : 120000 d’entre eux lui avaient dit « non ». En fait, il y avait renoncé car il ne pouvait pas faire autrement : ses alliés verts y étaient opposés. Il n’en avait pas moins fait étudier la question par ses services.
Et ceux-ci ont déjà bien avancé, début 2008, lorsque les municipales lui donnent la majorité absolue.

2008 : Delanoë lance les tours !

Dans la foulée, dès juillet, il lance une pseudo-concertation, à savoir un  « processus de concertation »  dont l’aboutissement est la construction de tours sur six sites dans Paris.

Dès le 25 septembre, il montre à l’ Hôtel de Ville, devant un parterre de journalistes éblouis, le projet de Tour Triangle, de 200 m de haut, « beau comme un diamant géant dans le firmament », dans le Parc des expositions de la Porte de Versailles. Le 21 octobre 2008, une réunion publique a lieu dans le Hall 1 .
Fin 2008 – début 2009, Anne Hidalgo lance une concertation à grand spectacle et publie sur le site de la Ville une série de réponses aux questions des Parisiens sur la tour Triangle.

L’association Monts 14 fait de la résistance, organise sa première réunion publique le 2 décembre 2008, publie un communiqué le 12/06/2008s…    Elle réclame un vrai débat.

Les publications de Monts 14

L’association Monts 14 se bat contre les tours parce qu’elles altèrent la physionomie de Paris. Cependant, elles sont critiquables sur de multiples plans, écologique, financier, social, touristique, etc.
Dès le 20 septembre 2008, elle présente pour la première fois ses arguments anti-tours dans le journal Monts 14 n° 32. Ces critiques ont été développées les n° 33  et  n° 34 parus en 2009. Le journal Monts 14 n°41 fait le point sur 3 ans de procédure et rafraichit la mémoire en préparatif à la bataille annoncée de l’enquête publique.

Philippe Goujon déçu par la tour

La tour est censée renforcer l’attractivité du Parc des expositions de la Porte de Versailles avec des chambres d’hôtel, des salles de congrès, une pépinière de petites entreprises… En réalité, seule une grande entreprise, de taille internationale, voudra s’y installer. Vexé d’avoir été laissé dans l’ombre, Philippe Goujon, maire du 15e, déclare : « Le projet s’est déconstruit à mes yeux : pas de chambres d’hôtel, pas de salles de congrès, des bureaux destinés à qui ?…  ».

2009 à mi-2011 : un long temps mort

Les tours à Masséna sont votées le 9 mars 2009. Puis, tout s’arrête. La crise plombe en 2009 le marché de l’immobilier de bureaux. Cela incite à temporiser. Pour l’association Monts 14, la Ville se soustrait à un vrai débat. Anne Hidalgo, bras droit de Delanoë, lance une campagne de communication sur le thème « Imaginons ensemble le Paris de demain ». Un long temps mort s’ensuit.

Le journal Monts 14 n° 34 clôt le sujet des tours en analysant la notion de densité et en analysant l’impact de la construction de logements sur l’évolution démographique.

Le processus de Révision simplifiée pour la tour Triangle est toutefois mis en place discrètement le 15 décembre 2009 avec une première délibération pour le déroulement de la concertation. Il s’agit seulement d’enclencher un processus. L’association Monts 14 attaque cette délibération, mais elle sera rejetée par le tribunal le 25 janvier 2012 car « elle ne fait pas grief » en quelque sorte.

Curieusement, le 30 juin 2010, Unibail vient présenter le projet de tour Triangle aux Conseils de quartier du 15e.  Sans raison apparemment ! En réalité, Unibail joue au chat et à la souris avec Delanoë. Il est en train d’arracher un contrat juteux aux Halles et fait miroiter la tour Triangle comme un beau diamant…

Le 15 novembre 2010, la Révision simplifiée du PLU à Masséna est définitivement votée au Conseil de Paris et Monts 14 attaque cette délibération le 15 avril 2011.

Déroulé des évènements