Le Parc de Bercy amputé par la construction d’un nouvel ARENA

2,5 hectares sacrifiés, les Jeux Olympiques sont un prétexte

 

ARENA dans le Parc de Bercy aujourd'hui

ARENA dans le Parc de Bercy aujourd’hui

 

ARENA dans le Parc de Bercy en 2024 ?

ARENA dans le Parc de Bercy en 2024 ?

 

 

 

Le Parc de Bercy vu du Chemin de ronde. La partie gauche est menacée par le 2e ARENA

Le Parc de Bercy vu du Chemin de ronde. La partie gauche est menacée par le 2e ARENA

Le parc est composé de trois jardins conçus entre 1993 et 1997.

Les trois jardins

A l’Est, près de Bercy-Village, le « Jardin romantique » est le plus beau. Il comprend des bassins à roselière où vivent des poissons et une faune sauvage, dont des oiseaux de passage (hérons notamment), etc. Au centre, les « Parterres », est la partie la plus structurée : potagers pédagogiques ouverts aux élèves des écoles, vigne, roseraie, buissons taillés, fleurs, etc. A l’Ouest, près du Palais omnisport de Bercy appelé ARENA (20 000 places), « les Prairies » sont de grands espaces de pelouses ombragées par de grands arbres. Là règne la permissivité. Habitants et visiteurs « prennent le soleil », piqueniquent, font des réunions en plein air, du footing, voire organisent des jeux improvisés. Le long de la Seine, près d’ARENA, les adeptes du skate-board s’en donnent à cœur-joie dans un skateparc plongé dans l’ombre. Dans le prolongement de cette langue de terrain, se succèdent 2 ou 3 enclos utilisés par des footballeurs, amateurs ou adolescents. Tout autour, l’ambiance est plutôt sportive et le recul de la végétation aiguise la tentation de construire. Là, Hidalgo verrait bien un ARENA II de 8 000 places.

Les J.O. et le nouvel ARENA

Les J.O. sont un prétexte rêvé. Aussi laisse-t-elle la situation se dégrader. A la sortie des spectacles, des hordes de fans envahissent le quartier. Le jeudi, une file d’attente démesurée serpente entre les arbres pour l’entrée au Papa Cabane, un restaurant de tapas à prix modéré. Depuis le mois de juillet, le transporteur Flixbus a pris son essor dans la gare routière et des passagers se hâtent en diagonale à travers l’espace, en traînant leurs valises à travers les pelouses. Les habitants constatent de plus en plus des débris de verre et autres détritus dans l’herbe ou les allées, des excès comme le camping sauvage, etc. Ils s’inquiètent du grignotage rampant des espaces verts. Certains réclament le départ du skatepark. D’autres trouvent sympathique l’activité physique qui occupe les jeunes.
Les jardiniers, quant à eux, sont dégoûtés. Ils baissent les bras face au vandalisme (robinetterie d’arrivée d’eau arrachée, etc.). Les massifs de fleurs, les plantations s’étiolent…

Le Comité de candidature de Paris

Les organisateurs du Comité de candidature de Paris ont pu vérifier que les activités sportives prenaient le pas sur la promenade et la détente dans la partie Ouest du jardin public. Ils n’ont donc pas vu malice a priori à englober cette zone dans le site des J.O., délimité par des palissades de sécurité, avec la sortie d’ARENA II de ce côté.
De ce fait, la minéralisation s’étendrait, 150 arbres seraient coupés.
Ce fait accompli se maintiendrait durant un an ou deux… le temps qu’il faut pour que les esprits s’habituent à une annexion pure et simple.

Quid des activités sportives ?

Subsisterait alors un besoin d’activités sportives pour les jeunes habitués à cet endroit. Ceux-ci risquent de renouer avec leurs habitudes dans la partie vouée au calme et à la détente… et porter atteinte à l’unicité de Parc.
Au final, cette menace pèse sur plus de la moitié des Prairies, 29 à 36 000 m² (20 à 25% des 145 000 m² de l’espace total).

Comments are closed.