Rencontre sur l’architecture le 13 février 2014

Quelles architectures pour Paris ?

Rupture et dislocation/ Intégration et continuité ?

Cette rencontre a eu lieu le 13 février 2014 à 19h au Couvent des Franciscains. Elle s’est déroulée en 3 temps.

Partie I : multi dimensionnalité, critique de la modernité contemporaine

mqdefault

 

 

 

 

 

Les multiples dimensions de l’art de l’architecture sont évoquées en quelques mots.
A la SFA émerge une critique de la modernité, émanant d’architectes contemporains eux-mêmes résolument modernes.
Notamment, Karim Basbous a écrit deux articles fort intéressants, présentés succinctement, Au nom du concept (Bâtir ou briller) et Le monocle et le kaléïdoscope.

Karim Basbous Bâtir ou briller  (aller à 3 mn 19)
Karim Basbous Le monocle et le kaléïdoscope (aller à 4 mn 53)
Olivier Gahinet L’art du don (aller à 8 mn 14)
Echanges avec la salle (aller à 9 mn 23)

Partie II : Brunelleschi à Florence au 15e siècle, s’en inspirer en 2014

Partie II 2

 

 

 

La SFA, Société française des architectes refuse de participer à une rencontre sur une modernité inspirée de Brunelleschi et Michel-Ange au motif que « cela serait contraire à ses principes d’ouverture, de liberté, et de défense d’une modernité critique ».
Pour Patrice Maire, président de Monts 14, l’architecte contemporain a beaucoup à apprendre de ces deux génies.
Brunelleschi fut à l’origine de la découverte de la perspective. Il réfléchit beaucoup sur la spatialité, fondamentale dans l’art de l’architecture. Il est à l’origine des fenêtres posées sur des cordons horizontaux qui soulignent les perspectives d’immeuble en immeuble, une idée qui porte en germe un sens de la ville.

Lecture de la lettre de la SFA (aller à 0 mn 10)
Brunelleschi à Florence (aller à 1 mn 5)
S’inspirer de Brunelleschi aujourd’hui (aller à 12 mn 52)
L’entresol ? (aller à 17 mn 53)
Dialogue avec A-M
Vieilledent, architecte de la rue Boulitte (aller à 19 mn 31)
Suite du dialogue avec la salle (aller à 25 mn 22)
Réponse de Patrice Maire (aller à 28 mn 10)

Partie III : Michel-Ange à Florence au début du 16e siècle, s’en inspirer en 2014

Partie III 2

 

 

 

Michel-Ange, à la fin de son évolution, s’était détourné du « fini ». Il aimait représenter des êtres dotés d’une puissance hors du commun, des êtres « démiurges », tel Moïse. Il aimait le concentré d’énergie dans la volute. Des détails architecturaux, tel le fronton « amené » par des volutes au dessus des fenêtres, furent copiés dans le monde entier jusqu’au 20e siècle.

Michel-Ange et la puissance démiurge (aller à 0 mn 20)
Michel-Ange et le non-fini (aller à 2 mn 10)
L’influence de Michel-Ange (aller à 6 mn 03)
Un expressionnisme d’actualité en 2014 (aller à 8 mn 30)
Echanges avec la salle (aller à 9 mn 20)
Une modernité imposée par Anne Hidalgo (aller à 12 mn 30)

1 comment to Rencontre sur l’architecture le 13 février 2014

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>