La tour Triangle votée le 9 juillet 2013

Le 9 juillet 2013, devant l'Hôtel de Ville, le Collectif contre la tour Triangle (représenté par Monts 14), avec des élus : de gauche à droite, Yves Contassot (EELV), Danielle Simonnet (Parti de gauche), Christophe Najdovski (tête de liste EELV), Jacques Boutault (EELV), Patrice Maire (Monts 14) et Jean-François Martins (Modem).

Le 9 juillet 2013, devant l’Hôtel de Ville, le Collectif contre la tour Triangle (représenté par Monts 14), avec des élus : de gauche à droite, Yves Contassot (EELV), Danielle Simonnet (Parti de gauche), Christophe Najdovski (tête de liste EELV), Jacques Boutault (EELV), Patrice Maire (Monts 14) et Jean-François Martins (Modem).

La tour Triangle a été votée au Conseil de Paris du 9 juillet 2013, avec 87 voix pour et 73 contre. Un immeuble peut désormais monter à 180 m dans le Parc des expositions. Néanmoins, c’est une victoire : l’UMP et l’UDI se sont joints aux EELV, au Parti de gauche, au Modem…  Les socialistes n’avaient plus que le PC à leurs côtés.

Anne Hidalgo affirme que « La tour Triangle va créer des emplois ». C’est la production de biens et services qui crée des emplois ! Il est évident que la tour Triangle va loger des emplois, nuance… Et, dans le même temps, la banlieue en manque cruellement. Depuis plusieurs années, nous faisons cette objection, mais notre interlocutrice reste sourde à toute observation, incapable d’infléchir son discours.

Autre entêtement pour les réserves du Commissaire enquêteur émises en 2012. Rappelons que celles-ci portent notamment sur le consensus des parties prenantes au Parc des expositions. A. Hidalgo estime que l’accord financier conclu avec Unibail et la CCIP est suffisant. En réalité, pour qu’il y ait vraiment consensus, il faudrait inclure Viparis-Comexposium, la fédération FSCEF, le Mondial de l’auto et la ville de Paris… La modernisation du site ne lève pas non plus les réserves de 2012, comme le confirme le rapport de l‘enquête publique d’avril 2013. Aussi, le vote, prévu pour avoir lieu au même moment que la Révision simplifiée, le 9 juillet, a été reporté à plus tard. Cette valse-hésitation est à l’image du projet : l’avenir du Parc paraît plus que jamais incertain. Finalement, Anne Hidalgo reste « droit dans ses bottes  » en répétant ce qu’elle disait un an auparavant.

Enfin, elle affirme que « La tour Triangle va faire de la place dans les logements haussmanniens occupés par des bureaux ». Mais, seules les PME aménagent dans de tels locaux. Donc cette assertion est tout à fait contradictoire avec un mémoire en défense de la Ville du 21 septembre 2011 dans lequel l’avocat affirme que « Le programme (Triangle) offrira sur environ 88.000 m2 des surfaces de bureaux de dernière génération pour les entreprises performantes d’envergure mondiale, tirant profit de sa situation stratégique au cœur  de la métropole » .

Les élus EELV, Parti de gauche, Modem, UDI et UMP avaient déposé de nombreux amendements. Ils ont, tour à tour, fait des exposés fort intéressants. En revanche, rien de nouveau du côté des Socialistes et du PC qui s’en sont tenus à la langue de bois.

 

Comments are closed.