Circulation : communiqué de presse inter-associations

Pour être crédible, la politique parisienne anti-voiture doit être solidaire de l’Ile de France

Chasser la voiture de Paris sans tenir compte de sa Couronne, voilà une proposition que n’agréent sans doute pas la majorité des franciliens, mais leur demande-t-on leur avis ?
Un ensemble d’associations des deux côtés du périphérique, AKPP (13e), ADDM Montmartre (18e ), Monts 14 (14e) et La Vigie (Malakoff) ont donc décidé d’attirer l’attention sur les rapports entre Paris et sa banlieue.

Paris concentre 30% des emplois de l’Ile-de-France. mais possède 55% de l’offre de transports en commun

La capitale représente 20% de la population d’Ile-de-France, mais concentre 30% des emplois de la région. Tous les jours, 900 000 habitants de la banlieue viennent travailler à Paris, contre 300 000 Parisiens faisant le chemin en sens inverse. Le trafic dans Paris intra-muros correspond pour une très large part aux trajets domicile-travail.
Le report des déplacements sur les transports en commun est possible pour les Parisiens qui disposent d’un maillage efficace, grâce auquel ils peuvent facilement se dispenser d’utiliser une voiture. Grosso-modo, 55% de l’offre de transports en commun de l’Ile-de-France se trouve à Paris (si l’on ne tient pas compte des trains de banlieue).
Les habitants de la banlieue, en revanche, ne disposent que de lignes de bus peu rapides, distribuées parcimonieusement, et de 3 ou 4 lignes de RER, plus quelques trains de banlieue. Aussi, 85% d’entre eux possèdent-ils une voiture. Ils se déplacent en voiture 6 fois plus souvent qu’en transports en commun.

Une politique anti-voiture, qui ne fait pas baisser la pollution…

Depuis 2001, la politique de la Ville de Paris consiste à supprimer des files de circulation pour les voitures, ainsi que des places de stationnement.
Elle ne fait pas baisser la pollution. La tendance à la concentration en ozone augmente. Concernant l’oxyde d’azote, la Ville de Paris se flatte d’avoir fait baisser les émissions de NO2. Selon les chiffres fournis dans le PPA, Plan de protection de l’atmosphère, la baisse aurait été de 14% pour l’agglomération parisienne de 2001 à 2004. Mais, toujours selon le PPA, « les évolutions des moteurs automobiles…  auront contribué en 2010 à réduire de 32% les émissions de NO2 par rapport à 2000 ». Autrement dit, la baisse observée de 2001 à 2004 a une autre cause que la réduction de la circulation à Paris.
Cette politique anti-voiture occasionne des embouteillages, augmente la durée des déplacements, dégrade les conditions de vie, affaiblit l’activité économique et la vie culturelle…
Elle vise les Parisiens, sans tenir compte des Franciliens.

… et qui rejette les problèmes sur l’Ile-de-France !

Mais ce sont eux qui en pâtissent le plus ! Ce sont eux qui subissent les encombrements, qui voient leurs rues transformées en parkings et qui perdent leur temps dans les transports. La Ville de Paris rejette ses problèmes sur les autres communes en leur créant de nouvelles nuisances. Et, au lieu d’exprimer sa solidarité en aidant le développement des transports en commun en banlieue, la Ville de Paris demande à la Région de financer le tramway sur les maréchaux !
S’il doit y avoir un péage à Paris, comme à Londres, les recettes doivent aller en priorité aux transports en commun de l’Ile-de-France.
Qui ne s’étonne pas aujourd’hui que les terminus des bus de banlieue s’arrêtent aux Portes de Paris, alors que les trajets pourraient se prolonger dans Paris intra muros. Et qu’inversement, les bus parisiens s’arrêtent aux limites de Paris sans oser s’aventurer au-delà du périphérique ? Il existe quelques exceptions sans doute, mais cela ne fait pas partie d’un projet global en matière de transports entre Paris et sa petite couronne.
Pourquoi ne construit-on pas de vastes parkings aux portes de la capitale !
Pour le Grande couronne, ll faut des « TGV de banlieue », des transports en commun permettant un accès rapide au cœur de la capitale, ou des communications rapides inter banlieues. En ce sens, la réalisation du tramway sur l’ancienne voie ferrée de la Petite ceinture ferroviaire aurait été beaucoup plus profitable à l’Ile-de-France.

Contact

AKPP (13e)
Association Kellermann-Poterne des Peupliers
M. et Mme Teneze, tel. : 01 45 80 24 04

Monts 14 (14e)
Association Monts 14
Patrice Maire, tel. : 01 43 20 11 62  &  06 09 03 90 82

La Vigie (Malakoff)
Association La Vigie
Jean-Emmanuel Paillon, tel. : 06 60 96 65 45

Comments are closed.