La Bélière

En 1993, l’association de Sauvegarde de La Bélière fut l’ancêtre de l’association Monts 14.

Qu’est-ce La Bélière ?

Une petite maison de faublourg et une ambiance dans un cadre authentique

Une petite maison de faubourg et une ambiance dans un cadre authentique

La Bélière est un des rares établissements Parisiens à avoir gardé son caractère authentique. Après minuit, les pianistes y viennent de tous les coins de Paris, une fois terminée leur prestation sur les bateaux-mouches ou à Montmartre. D’autres musiciens, des chanteurs se joignent à eux pour « faire le boeuf », pour le plaisir. Nos sens y sont ravis par une ambiance qui vient d’on ne sait où, avec pour tonalité une expression musicale changeante au gré des artistes présents.

Le charme de l’endroit est également lié à la sensation d’être dans une authentique maison du XIXe siècle. Imaginerait-on le Lapin Agile dans un immeuble de béton ? La Commission du Vieux Paris, le 3 mars 1998, s’était prononcée à l’unanimité pour la préservation de cette construction emblématique du tissu faubourien du quartier Daguerre.

La lutte pour La Bélière jusqu’en 1998

La lutte pour la Sauvegarde de La Bélière a commencé en 1993. Une première pétition demandant au maire de refuser la délivrance du permis recueille 300 signatures. Celui-ci ne donne pas suite, aussi un recours est-il déposé, qui aboutira à faire annuler le permis en 1996.

Dans la foulée, l’association tente de faire classer la petite maison et obtient une réunion de la commission des sites, ce qui gèle tous les projets pendant un an. Le premier promoteur, Skowronsky, abandonne, mais un autre, Interconstruction, aux reins plus solides, prend immédiatement la suite.

Comments are closed.