Immeuble de la Caisse d’Epargne à Denfert-Rochereau

denfert_rochereauL’actuelle gare du RER à Denfert-Rochereau fut l’une des premières gares parisiennes. A cette époque là, les Parisiens aimaient aller se distraire dans les guinguettes de Robinson, ce qui explique le caractère un peu bucolique des pavillons de Ledoux situés à proximité ; ceux-ci font partie des monuments historiques. Par ailleurs, cette vaste place était un site haussmannien de belle facture épargné jusque-là par les incongruités.

Lorsque le maire du 14e a proposé à la Caisse d’Epargne d’y construire des bureaux, l’association Monts 14 s’est immédiatement inquiétée de l’impact sur l’environnement architectural. L’immeuble de bureaux situé en premier plan sur le boulevard St Jacques posait problème : il présentait une face latérale très visible sur la gauche de la gare de Denfert-Rochereau. Cette perspective peut difficilement être neutre pour une personne faisant face à la gare. Or les matériaux utilisés (vitres) et la disposition des lignes horizontales produisent des sensations qui n’ont rien à voir avec le rythme des colonnes qui décorent la façade de la plus ancienne gare de Paris; elles ignorent l’existence de la corniche qui court en dessous du toit.

         L’ABF, Architecte des bâtiments de France, aurait pu s’opposer à cette construction moderne, d’une esthétique déplacée, inintéressante par rapport aux bâtiments de Ledoux. Après avoir opposé un semblant de résistance, elle a laissé faire moyennant un arrondi un peu différent de la « proue ». Le maire de l’époque, L. Assouad, était surtout préoccupé par les intérêts financiers en jeu. L’association Monts 14 a donc déposé un recours dans le seul but d’avoir un droit de regard sur le dessin de façade. Malheureusement, l’architecte étant particulièrement obtu, il n’a pas été possible d’obtenir autre chose qu’une peinture blanche au lieu d’une peinture noire.

Comments are closed.