Saint-Vincent de Paul

 Opération immobilière de la ville sur l’emprise de l’ancien hôpital Saint-Vincent de Paul

Vue aérienne cadré St-Vincent

 

 

 

Le terrain fait 3,2 hectares, avec 40% de surface construite. L’emprise bâtie ne sera pas accrue, mais densifiée par l’augmentation des hauteurs. La densification apparente (en excluant le sous-sol occupé par les activités hospitalières) va passer de 38 000 m2 à 60 000 m2 de surfaces de plancher, dont 48 000 m2 de logements, soit 600 appartements et 1200 à 1500 habitants. Il y aura 50 % de logements sociaux et 20% de logements intermédiaires (et 30% d’accession privée). Par ailleurs, il y aura 12 000 m2 d’équipements (scolaires et petite enfance notamment) et de commerces, à préciser en association avec les riverains. Le COS, coefficient d’occupation des sols, sera de 1,9, soit un peu supérieur à celui de la ZAC Montsouris dans les années 90 (1,7). Un tel chiffre peut paraître faible. En réalité, la voirie, les places et les espaces verts occupent nécessairement une place importante dans les quartiers urbanisés.

Signez la pétition : « Saint-Vincent de Paul : pour un respect exemplaire du patrimoine « 

Actualités

Nouvelle page Écoquartier

Venez la découvrir…

Rendez-vous avec Monts 14 à la lingerie
lundi 10 oct. 2016 à 18 h 30

Un quartier écologique ? La consultation en cours est une fausse « enquête d’évaluation environnementale ». Une telle enquête a un cadre très précis. Un Commissaire enquêteur écrit un rapport. A la suite de quoi, les citoyens peuvent contester devant les tribunaux…

Monts 14 prend position : gardez les associations ! 

L’écoquartier, ça marche, aujourd’hui, à St-Vincent de Paul. Parce que cela répond aux besoins des habitants. De façon simple. C’est dans les esprits. Comme ce salon de coiffure à prix libre à droite de la lingerie, comme le couscous à prix libre. Là, il y a des ruches, du miel, des fleurs sur les plate-bandes et les abeilles les pollennéisent.
Ici, c’est un aquatonic, avec des poissons : leurs déjections apportent des nitrates qui nourrissent les plantes. Celles-ci purifient l’eau qui peut ainsi être redonnée aux poissons. C’est un recyclage perpétuel et c’est productif : cela apporte à la fois du végétal ( tomates, concombres, salades… ) et des protéines.
L’écologie, c’est la société !

 

La concertation en amont avorte en mai 2016

Aucune nouvelle pendant 5 mois ! Puis, certains apprennent, via une affiche rue Boissonade et une autre, boulevard Edgar Quinet, qu’il y a une exposition à la mairie du 14 ! En réalité, la dernière occasion, pour les citoyens, de s’exprimer en amont se clôt le 1ier juin 2016. Le soir même, la maire du 14 « se produit en mairie ».
Bravo pour la concertation !

 

Monts 14 organise une réunion publique
L’association fait le point sur la concertation en amont qui se termine « en queue de poisson » et donne des explications sur les procédures, celle passée et celle à venir.
Ses demandes relatives à l’environnement architectural de la rue Boissonade ne semblent pas être écoutées
En ce qui concerne l’occupation future de Saint-Vincent de Paul, elle propose de donner la priorité aux activités : aujourd’hui, des associations, des entreprises, ont pris possession des lieux et y ont mis un dynamisme extraordinaire.

 

70 associations à St-Vincent de Paul

Les associations Aurore, puis Coallia (migrants), avaient commencé à investir les locaux abandonnées de l’hôpital pour venir en aide aux personnes en difficulté,
Mais, à l’été 2015, cette occupation a pris une toute autre dimension.

Pour en savoir plus, le journal Monts 14 est au kiosque Vavin…

 

St-Vincent de Paul vendu à l’APHP

L’AP-HP entérine la cession de l’ancien hôpital Saint-Vincent de Paul à la Ville pour 92 M€
Hopital-de-saint-vincent-de-paul-paris
Le conseil de surveillance de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a donné jeudi 11 juin un avis favorable au déclassement anticipé et à la vente à la Ville de Paris de l’ancien hôpital Saint-Vincent de Paul, situé à Paris 14e.
L’AP-HP et la Ville de Paris se sont accordées sur un prix de vente constitué d’une part fixe de 92 M€ auxquels s’ajoute une part variable qui pourrait porter les gains jusqu’à environ 100 M€, liée à une clause d’intéressement sur la programmation et le chiffre d’affaires réellement réalisé.
France Domaine saisie conjointement par les deux parties a validé les conditions financières de cet accord. Les versements interviendront en 2015 et 2016.
Le travail se poursuit par ailleurs entre la Ville et la Fondation Cartier pour permettre une extension de celle-ci sur site.
« Il témoignera de la volonté d’excellence environnementale de Paris, avec un grand jardin de 2 000m², des toitures et des terrasses végétalisées, des espaces d’agriculture et de potagers urbains, qui en feront un laboratoire du développement durable et de la transition énergétique », selon le communiqué de la mairie.
Dans l’attente de la cession, l’AP-HP, à la demande de l’Etat, a mis à la disposition de l’association Aurore la pleine gestion et l’occupation du site au titre d’une convention précaire de mise à disposition et de gestion signée le 1er octobre 2014. A ce titre, l’association Aurore a l’obligation d’accueillir l’école de sages-femmes de l’AP-HP qui demeure transitoirement sur site, dans l’attente d’une localisation alternative.

 

16 avril 2015 : un 2cycle de concertation est annoncé

Lors de la réunion de « restitution des ateliers » du 16 avril, la maire du 14e , Carine Petit, a annoncé qu’il y aurait un 2cycle de concertation en amont dans les prochains mois. L’enquête publique est reportée au début de l’année 2016.

Des pistes commencent à être envisagées pour les 13000 m2 d’équipement :
– bâtiment de l’Oratoire : une crèche
– bâtiment Robin           : une école

Enfin, des logements pour étudiants et des EHPAD (maisons de retraite) pourraient être comptabilisés comme logements sociaux.

 

Saint-Vincent de Paul : pour un respect exemplaire du patrimoine

Résultat de la concertation : un souci patrimonial avéré dans Saint-Vincent de Paul même mais un oubli de l’impact sur le paysage alentour.
Début de pétition en cours

 

Monts 14 prend position

Jeudi 2 avril 2015 à 19 h, Monts 14 organise une réunion publique sur Saint-Vincent de Paul à l’atelier Gustave au 36 rue Boissonade.

 

Trois scénarios

Lors de l’atelier du samedi 14 mars, trois scénarios ont été présentés pour la première fois par le cabinet d’étude Lauzeral.

 

Calendrier de la concertation

Les dates à retenir

Les dates à retenir

Après les ateliers des 25 et 31 mars, la « réunion publique de restitution » à la mairie aura lieu le jeudi 16 avril 2015. La concertation en amont aura pris fin.

Par la suite, la concertation prendra une autre tournure avec une enquête publique ayant une valeur juridique (pour les recours contentieux éventuels). Cette enquête aura lieu à la veille des vacances ou à la rentrée.

 

Lancement de la concertation

La concertation a été officiellement lancée le 2 décembre 2014 à l’école élémentaire Arago, avec une présentation du projet.

Des marches commentées ont déjà eu lieu les samedis 6 et 13 décembre.

 

 

Le projet en cours

Le patrimoine

St-Vincent de Paul Oratoriens

Le souci patrimonial est manifeste avec la préservation des bâtiments de l’Oratoire et Robin, de la Maison des médecins, de la chaufferie (vraisemblablement), de la lingerie (avec une incertitude). Des pans de mur en proue conserveraient la mémoire des anciennes « divisions » et le bâtiment Lelong serait surélevé.

En couleur ocre, les bâtiments préservés, plus ou moins foncés en fonction de leur intérêt patrimonial

Plan patrimonial recadré
Pour les noms des bâtiments

Le modernisme hidalgolien

En revanche, pour la physionomie des constructions, les « aménageurs » s’orientent vers le mauvais goût hidalgolien de rigueur. ils proposent, pour couronner le bâtiment Lelong, un gros container, à l’image de Fahle House, bâtiment construit à Tallin en Estonie (KOKO Architects). Et leurs exemples de bâtiments blokhaus sont très banals. Les architectes en seront quitte en mettant quelques « épinards » sur la maquette.

Le jardin des Oratoriens

jardin de l'oratoire

Pour fixer son parti pris d’aménagement, le cabinet d’étude Lauzeral consulté par la Ville semble avoir été séduit par une photo ancienne du jardin des Oratoriens.

La circulation

Plan chaussée-circulation allégé

Après s’être orienté vers diverses hypothèses, le parti d’aménagement se cristallise sur un accès latéral double depuis l’avenue Denfert-Rochereau, longeant l’Œuvre des jeunes filles aveugles d’un côté et le jardin de la Visitation de l’autre, avant de revenir au centre pour contourner à l’arrière le bâtiment Lelong.

Le site de Saint-Vincent de Paul et son histoire

Vue aérienne avec indications

L’APHP a progressivement dispersé les activités hospitalières dans les autres hôpitaux au cours des années 2000.

 

L’histoire du quartier

Les plans les plus anciens montrent qu’il y avait un paysage encore champêtre en 1800. L’avenue Denfert-Rochereau s’appelait encore la rue d’Enfer. L’urbanisation était quasiment achevée avant même la fin de ce siècle.

L’histoire de l’hôpital

En 1650, l’institution de l’Oratoire s’était établie rue d’Enfer pour l’enseignement religieux. L’établissement a été confisqué par la révolution pour devenir un hôpital. Il n’a cessé de s’agrandir jusqu’à la fin du XXe siècle, des constructions nouvelles d’un goût douteux remplaçant certaines parties anciennes.

Etude juin 2013
GRAHAL

Du début à la page 140

De la page 141 à la page 245

Etude mars 2009 Apur

Tout le document